Une bonne gestion de la douleur peut sauver des vies

Depuis 2010, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a mis en œuvre un programme d’autogestion de la douleur chronique dans le cadre du programme l’Atelier, ABC de l’autogestion des soins, un programme gratuit d’une durée de six semaines conçu pour enseigner aux personnes atteintes de maladies chroniques à gérer leurs activités quotidiennes.  Dr Deborah Radcliffe-Branch, Directrice du programme d'autogestion de la douleur chronique au CUSM, reçoit des témoignages de patients chez qui la douleur causait une remise en question de la valeur de la vie elle-même.  La Coalition canadienne pour la douleur a aussi établit que le risque de suicide est deux fois plus élévé chez la personne souffrant de douleur chronique. 

Selon le Dr Radcliffe-Branch, il y a une réelle incompréhension de ce qu’est la  douleur chronique, car elle n’est pas « visible ».  Les gens qui côtoient ceux qui souffrent de douleur chronique ont parfois de la difficulté à comprendre que cette douleur est constante et qu’elle constitue une limitation importante. « C’est une situation difficile, poursuit le Dr Radcliffe-Branch, car non seulement la personne doit-elle vivre avec la douleur, elle doit également convaincre ses proches qu’elle souffre réellement. On taxe souvent ces personnes d’avoir une maladie psychosomatique ou d’exagérer leur douleur. »

« Nous aidons les gens à y aller progressivement en utilisant les bons outils et la bonne structure, mentionne le Dr Radcliffe-Branch. Ce programme connaît un grand succès et je suis très fière que le CUSM aide ainsi les personnes qui souffrent de douleur chronique. Pour ces gens, nous faisons une réelle différence. »

Lire le communiqué de presse émis par le CUSM: C'est la Semaine de sensibilisation à la douleur
Le CUSM fait une différence et sauve des vies

 

Aller sur le site du Programme d'auto-gestion de la douleur chronique du CUSM